Magazine
Voir tous les articles
@@slider_bulle@@

Être ’Ici’ avec Richard McGuire

Invité au Flic Festival, Richard McGuire a présenté son livre ’Ici’, également disponible sous format ebook.

Pourquoi avoir fait un ebook de Ici ?

Quand j’ai commencé à concevoir le livre, je savais que le concept était parfait pour en faire un ebook ‘amélioré’. Mon éditeur était très enthousiaste car la plupart des illustrateurs qui font des romans graphiques ne s’intéressent pas vraiment aux nouvelles technologies, ce sont des puristes. J’ai déjà fait de l’animation et j’aime bien explorer les nouvelles technologies.

À votre avis, pourquoi les éditeurs sont si réticents à faire des livres numériques ?

Les éditeurs sont enthousiastes mais ils craignent toujours que cela réduise les ventes de livres. Ils savent comment vendre des livres, mais ils sont moins sûrs de savoir comment promouvoir ces choses là.

La plupart des objets interactifs que j’ai pu voir sont pour les enfants, je n’en ai pas vu beaucoup pour adultes. J’ai vraiment eu de la chance de travailler en étroite collaboration avec un développeur pour développer cette autre version du livre. Les deux versions sont toutes deux non linéaires dans leur narration, mais la version numérique va encore plus loin dans cette direction.

Pouvez-vous nous parler des origines d’Ici ?

La BD originale de Ici a été la première chose que j’ai jamais publiée, c’était une courte histoire de 6 pages. Plus tard, j’ai fait quelques livres pour enfants. À un certain moment, j’ai pensé que je devais vraiment essayer de faire un roman graphique. J’ai alors pensé que ma première version d’Ici valait la peine d’être développée sous ce format. Cela m’a pris 3 ans.

Here

Qu’est-ce qu’il y a de nouveau dans l’application ?

En fait, ce n’est pas une application, mais un ebook. Une application aurait davantage ressemblé à un jeu et je ne voulais pas que ce soit un jeu. Nous avons beaucoup débattu à propos de ces choses-là.

Nous avons discuté de toutes les options possibles dans son développement. Je suis aussi musicien, on m’a donc suggéré d’ajouter de la musique. Mais pour moi, c’était quelque chose de différent, c’est une expérience de lecture. Je souhaitais introduire de l’animation, mais de manière très subtile, avec de petits mouvements qui n’arrivent qu’occasionnellement. L’animation était chronométrée par le programme, de manière à ce que cela n’arrive pas tout le temps, et quand ça arrive, c’est une vraie surprise, un vrai événement, quelque chose qui bouge en temps réel. Vous pouvez parcourir l’histoire en arrière ou en avant comme un livre normal, ou bien vous pouvez toucher un panneau dans lequel le fil d’un dialogue se poursuit. Ou encore, si vous cliquez sur la date dans le coin en haut à gauche, de nouvelles combinaisons aléatoires apparaissent qui n’existent pas dans le livre. C’est toujours une réelle surprise pour moi, et il y a des milliers de combinaisons possibles. Ce qui est intéressant dans ces combinaisons, c’est qu’elles créent un nouveau sens à l’histoire. Parfois ces nouvelles combinaisons créent des dialogues très drôles. C’est le plus souvent aléatoire, mais nous avons travaillé avec soin à construire une logique derrière la randomisation. Par exemple, il y a des combinaisons qui fonctionnent mieux ensemble et le programme en privilégie certaines sur d’autres, mais la même combinaison n’arrive pas à chaque fois, ce qui serait trop prévisible et deviendrait alors ennuyeux.

Quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées pour travailler avec un développeur dans les nouvelles technologies ?

Des programmes ont été développés spécialement pour ça. Par exemple, nous voulions que l’animation se charge très rapidement. Je n’y connais pas grand chose sur les spécificités des problèmes techniques. Le développeur et moi discutions de ce qui était possible de faire. Il y avait toujours ce genre de discussion, d’aller-retour entre nous.

La première version de l’ebook que le développeur m’a montrée avait des boutons un peu partout et j’ai pensé que ça semblait compliqué et laid. Je souhaitais quelque chose de très intuitif.

Sur la première page, il y a quelques instructions, mais assez peu. Cela explique : « cet ebook est une aventure. Il s’agit de la déconstruction d’Ici. L’histoire n’est pas linéaire, elle expérimente les propriétés formelles de la BD, en utilisant de multiples panneaux. » Les seules instructions sont : « vous pouvez tourner les pages, lire le livre dans l’ordre des pages, mélanger les pages pour permettre l’apparition de nouvelles combinaisons et connexions. Vous êtes votre propre guide dans Ici, où le temps et l’espace sont tout sauf limités et l’unique limite est l’écran lui-même. » Cela indique simplement « toucher la date et les panneaux », c’est tout ce que vous avez besoin de savoir. C’est une version « remixée » qui enrichit vraiment l’expérience du livre.

Maintenant, vous souhaitez adapter Ici dans une expérience immersive de réalité virtuelle, mais est-ce toujours une expérience de lecture ?

Chaque média a ses propres qualités. J’ai toujours dit que le meilleur support pour cette histoire était la BD, car dans la BD il y a la simultanéité, que vous ne retrouvez pas dans les autres médias. Quand ouvrez ce livre et que vous voyez toutes ces informations, construit comme un diagramme ou une carte, vous pouvez le lire de manière très fluide. Si cela avait été un film, je pense que ça aurait été trop confus et vous n’auriez pas su où regarder avec tous ces mouvements et ces panneaux.

J’ai récemment discuté avec des gens intéressés pour produire une version en réalité virtuelle du livre. La réalité virtuelle est une expérience tellement différente. Ça n’a pas de sens de faire une traduction littérale du livre. L’expérience est tellement immersive. Ils m’ont suggéré que des signaux sonores devaient attirer l’attention du spectateur et le mouvement [de la tête] créerait le changement. J’ai pensé que ça serait une manière intéressante de repenser le livre. Il y a tant de choses à explorer dans ce nouveau medium.

Y a-t-il une spécificité dans la création pour enfants ?

J’essaie toujours de créer des choses qui m’intéressent, je n’ai pas l’impression de créer spécifiquement pour les enfants. Dans mon premier livre The Orange Book, l’idée m’est venue quand j’ai aperçu une orange dans le métro et j’ai pensé « Oh cette pauvre orange, quelle destinée tragique ! Et que sont devenues les autres oranges ! » et j’y ai repensé, plus comme le chemin de la vie et le destin individuel.

orange

Chacun de mes livres poursuit le même type de processus, dont l’un d’entre eux intitulé Night Becomes Day aborde comment des choses se transforment en d’autres choses, une méditation sur l’interconnexion, comme par exemple, les ordures qui peuvent être recyclées et devenir du papier, et du papier qui devient ensuite quelque chose d’autre. Un autre livre aborde le karma, quand quelqu’un fait quelque chose, qui entraîne une réaction en chaîne et revient vers la personne.

Je travaille actuellement sur un nouveau livre, qui est un peu comme The Orange Book, dans lequel les gens sont connectés par leurs pensées, où tout le monde pense à tout le monde. Ce sont mes sujets de prédilection, qui ne sont pas spécifiquement pour les enfants, mais j’essaie d’en faire quelque chose d’amusant. Je veux que tout mon travail soit divertissant et expérimental.