Magazine
Voir tous les articles
@@slider_bulle@@

Interview Chris Haughton

L’auteur/illustrateur irlandais Chris Haughton était à la 33eme édition du Salon du Livre et de la Presse Jeunesse de Montreuil pour présenter son expérience en réalité virtuelle "Little Earth". On en a profité pour lui poser quelques questions.

Bonjour Chris, pour commencer est-ce que tu pourrais te présenter en quelques mots ?

Je suis illustrateur freelance depuis 12 ans maintenant. Un des aspects marquants de mon travail a été ma collaboration avec People Tree, une marque de prêt à porter éthique. Cette expérience m’a vraiment permis de découvrir un trait de ma personnalité que j’ignorais jusqu’alors. Depuis j’essaye de travailler au maximum avec des organisations à but non lucratif et des projets équitables. J’écris également des livres pour enfants, notamment A BIT LOST, Oh No GEORGE, SHH ! WE HAVE A PLAN and Goodnight Everyone. Ma première application HAT MONKEY est sorti en Septembre 2014 et en 2017 j’ai décidé de m’ouvrir à autre chose avec LITTLE EARTH une expérience en réalité virtuelle.

 Tu es au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse en Seine-Saint Denis pour présenter ton dernier projet "Little Earth", une expérience en réalité virtuelle inspirée de ton livre "Goodnight Everyone". Elle a été conçue comme un outil pour expliquer le réchauffement climatique, aux enfants. Est-ce qu’il te paraissait particulièrement pertinent d’utiliser la réalité virtuelle ? 

Je pense que la dimension interactive et immersive que propose la réalité virtuelle permet de proposer une expérience différente aux utilisateurs. Les enfants peuvent par exemple percevoir de manière plus précise le passage des saisons et la façon dont le jour et la nuit se succèdent. J’étais par ailleurs très excité par la découverte de la VR en tant qu’outil créatif et j’ai pris beaucoup de plaisir à m’approprier les possibilité artistiques de ce nouveau média.  

On sait que les projets en réalité virtuelle sont très compliqués à mener à bien, d’une part parce qu’ils demandent des compétences techniques très poussées mais aussi parce que leur accessibilité est encore limitée à cause des coûts de production. Comment s’est passée ta collaboration avec le studio de production Red Rabbit ? 

Le studio Red Rabbit a été fantastique, j’avais déjà collaboré avec eux pour mon application Hat Monkey. Ils ont une grande expérience dans le développement d’applications et cela faisait déjà quelques temps qu’ils souhaitaient travailler sur un projet en réalité virtuelle. Nous avons développé une très bonne relation de travail.  

La réalité virtuelle est toujours considérée avec une certaine défiance et le véritable potentiel de cette technologie n’est pas toujours bien perçu. Que dirais-tu à quelqu’un qui jugerait ce média comme moins éducatif qu’un livre ? 

En réalité c’est un média assez différent du livre. Pour moi les deux ne peuvent pas vraiment être comparés, ce serait comme affirmer qu’un film ne peut pas être aussi pédagogique qu’un livre. De prime abord, les livres semblent présenter plus d’avantages éducatifs que la réalité virtuelle. Il va être intéressant de voir comment cette technologie va se développer dans les années à venir et plus particulièrement sur un plan pédagogique. Pour moi la réalité virtuelle a un potentiel énorme. 

Est-ce que cette expérience a changé quelque chose dans la manière dont tu souhaites travailler sur tes futurs projets ? Tu envisages de t’investir dans un autre projet en VR ?  

Bien sur je serais intéressé pour aller plus loin avec la VR mais au fond de moi je ne peux pas m’empêcher de penser que le livre est le support qui convient le mieux à ma manière de travailler. Le livre est un format plus simple à appréhender d’un point de vue technique ce qui me permet d’exprimer plus librement mon travail créatif. 

Comment vois-tu le futur de la littérature pour enfants ?

Il y’aura de plus en plus de formats et d’expérimentations mais je ne pense pas que le livre disparaisse un jour.